Prévention violences verbales

Même si ta vie quotidienne ne connaît pas une actualité dramatique en faits divers, tu peux rencontrer des agressions, des tensions qui se traduisent par des mots, des bagarres… A l’adolescence, la violence est en chacun sous forme d’énergie et de rage. Les violences verbales ne laissent pas de traces ni de cicatrices physiques mais elles font souffrir celui ou celle qui en est la victime.

Il ou elle peut se sentir blessé(e) ou humilié(e) par des paroles de camarades, de professeurs et de proches (l’agression verbale n’a pas besoin d’utiliser des mots violents ou grossiers pour blesser !). Difficile de supporter des injures quand on ne sait pas y répondre.

Applique cette devise : « C’est celui qui le dit qui y est ! »… Formule courante de l’arroseur arrosé. En te traitant de « nul » ou autre, c’est lui-même que l’agresseur désigne. En se respectant soi-même, on apprend à respecter l’autre et à l’accepter avec ses défauts.

L’agressivité décroit lorsqu’on se parle et qu’on adopte des règles claires sur les droits et les devoirs de chacun, des règles de courtoisie élémentaire, de respect réciproque et d’échange.

Si les violences verbales sont plus fréquentes que les violences avec délit, elles sont aussi inacceptables. Il faut savoir dire « Stop ! » et apprendre à se faire aider par les autres. N’hésite pas à te confier à un copain, un médiateur de ton établissement.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs